Publicité

Publié le 17/11/2017 - Par la rédaction

Forum Achats publics : l’ardente obligation des politiques

La quatrième édition du Forum Achats publics s’est tenue cette année à Amiens, après Orléans (2014), Lyon (2015) et Paris (2016). L’initiative du CNA (Conseil National des Achats) s’est installée dans le paysage. Les restrictions budgétaires qui pèsent sur les collectivités territoriales obligent les politiques à s’engager davantage. Brigitte Fouré, maire d’Amiens, inaugurait l’évènement.

Marc Sauvage, président du CNA mais surtout directeur général adjoint des achats du Conseil Régional d’Ile-de-France, lance les débats : comment placer les achats au cœur des politiques locales ? En deux temps, deux tables rondes : la première sur les politiques, la seconde sur les mises en œuvre. A ses côtés, Brigitte Fouré, la maire d’Amiens (UDI) qui intervient avec Benoît Mercuzot, vice-Président aux finances d’Amiens Métropoles mais aussi Jean Bouverot, Responsable ministériel des achats au Ministère des Armées et Jean-Pierre Rouffet que l’on a connu directeur des achats de Legrand (de 2003 à 2013) et qui aujourd’hui, toujours administrateur du CNA, témoigne aussi comme élu de la ville de Dardilly (Rhône) et membre de la commission Appels d’offres. A noter que le DGS, Frédéric Brocard, a fait le déplacement. Amiens Métropole avait mobilisé son homologue, Dominique Fiatte. Osons le parallèle : combien de directeurs généraux ou de CEO accompagnent sur les estrades leurs directions des achats ? S’il y avait un match, le public prendrait le point…

Fortes contraintes budgétaires

Histoire de planter le décor, quelques chiffres : Pour la seule ville d’Amiens, le montant annuel des achats s’élève à 49 millions d’euros. Si l’on prend Amiens Métropole, il s’agit de 95 millions d’euros. Dans les deux cas, dépenses de fonctionnement et d’investissement se situent aux alentours de 50% chacune. Brigitte Fouré ne le dissimule pas : les élus sont d’autant plus vigilants sur ces questions qu’il y a de fortes contraintes budgétaires. La place des achats dans la panoplie de outils possibles n’est pas éludée. Mieux, les bons réflexes sont là : vérifier le besoin, travailler les procédures, mettre en place une organisation ad hoc avec une approche totalement mutualisée d’une direction opérationnelle à l’autre. En janvier 2018, les deux entités, ville et métropole, créent d’ailleurs l’une et l’autre leur propre structure achats. Déjà l’an passé, lors du précédent Forum Achats publics (voir dans La Lettre des Achats 255 – décembre 2016), Benoit Mercuzot avait marqué les esprit en déroulant le projet de la centrale d’achat d’Amiens métropole (AMCA) qui a depuis pris son envol (plus de 50 marchés passés en 2017). Est-ce que l’on peut parler d’objectifs de gains ? A cette question, le réflexe politique joue à plein : « il n’y a pas d’objectifs chiffrés a priori » se justifie la maire d’Amiens en revendiquant d’une part la professionnalisation (même récente) de ses achats et d’autre part la prise en compte de plusieurs critères dans le cadre de cette approche comme le mieux disant social, l’environnement au sens large, c’est-à-dire jusqu’à la prise en compte du tissu économique local. Autrement dit, « même si on n’a pas le droit de le dire » (sic), les appels d’offres se doivent de considérer les réponses locales. Il faut savoir placer le curseur au bon endroit » plaide l’élue qui ajoute : « tous ces objectifs ne sont pas forcément contradictoires ». Le talent du politique, c’est de savoir jongler à la fois avec les concepts et la réalité du terrain. Une approche achat professionnelle peut permettre d’arbitrer entre contraintes budgétaires et définition du juste besoin. Mais les politiques savent qu’ils ont face à eux des électeurs. On devine déjà à les écouter qu’ils vont devoir naviguer entre plusieurs écueils…

 

(Lire la suite de cet article dans le numéro de décembre de La Lettre des Achats)


Publié le 17/11/2017 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°266 - Décembre 2017

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play