Publicité

Publié le 16/04/2018 - Par la rédaction

Ecovadis Sustain 2018 : l’achat responsable mobilise les filières

Ecovadis a réuni ses clients venant des quatre coins du globe à Paris le 11 avril dernier dans le cadre de Sustain 2018. L’occasion d’aborder divers sujets relatifs aux politiques d’achats responsables à travers le témoignage de plusieurs grands groupes internationaux.

Pour l’occasion, les fondateurs d’Ecovadis avaient convié André Borschberg, le PDG de Solar Impulse, en qualité de conférencier d’honneur. Ce dernier a expliqué comment il a réussi à relever le défi de construire et piloter un avion fonctionnant uniquement à l’énergie solaire. Après ce témoignage inspirant, trois responsables des achats de grands groupes, LVMH, Arkema et RFI (Rete Ferroviaria Italiana), ont pris la parole pour exposer les grandes lignes de leur politique d’achats responsables et les moyens qu’ils déploient aussi bien en interne qu’en externe pour la mettre en œuvre.

 

Mettre en commun l’évaluation des fournisseurs

En matière de RSE, Arkema se focalise, entre autres, sur la sécurité, la réduction de l’empreinte environnementale de ses activités ou encore le développement de solutions durables avec les parties-prenantes. « Nous souhaitons ouvrir un dialogue avec nos fournisseurs pour développer ensemble des solutions innovantes et durables », précise Beatriz Mendez, directrice des achats biens et services d’Arkema (8,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 1,2 milliard d’euros d’achats biens et services).

Pour encourager ses fournisseurs à le suivre dans cette démarche, le groupe a rejoint Together for sustainability (TfS) en 2014. « TfS est une initiative de l’industrie chimique qui vise à introduire, à évaluer et à améliorer les pratiques d’achats responsables de la supply chain », précise Beatriz Mendez. L’initiative regroupe 20 groupes de chimie mondiaux qui représentent un chiffre d’affaires cumulé de 320 milliards d’euros. Ils partagent les évaluations RSE de quelque 9 000 fournisseurs via la plateforme Ecovadis. Celle-ci effectue en moyenne 1 800 évaluations et 400 audits par an dans le cadre de TfS. Via ce programme, Arkema a de son côté noté 1 231 fournisseurs et réalisé 36 audits sur site.

L’entreprise de transport ferroviaire italienne RFI fait également partie d’une initiative semblable à TfS. Nommée Railsponsible, celle-ci a pour but de promouvoir des pratiques responsables tout au long de la chaîne logistique du secteur ferroviaire (voir La Lettre des Achats n°237). Depuis 2013, Ecovadis est partenaire de cette initiative qui regroupe au total neuf sociétés mondiales de l’industrie ferroviaire. « RFI est le dernier membre à avoir intégré Railsponsible en septembre 2017, aux côtés d’autres entreprises de transport comme SNCF ou Alstom », précise Edgardo Greco, directeur des achats de RFI. Ce dernier gère chaque année 8,4 milliards d’euros d’achats, 594 contrats et 331 offres publiques. RFI soutient également les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unis et est signataire de la déclaration de l’UIC (Union of Railways) sur la mobilité et les transports durables.

 

Améliorer les performances environnementales

De son côté, LVMH a lancé fin 2017 Life 2020, un programme destiné à renforcer la performance environnementale du groupe et de ses 70 marques (dont Guerlain, Louis Vuitton, Sephora, Céline, ou encore Givenchy). Il vise notamment à réduire les émissions de CO2 du groupe de 25 % d’ici 2020, par rapport à celles de 2013. Chaque site devra également diminuer de 10 % certains indicateurs environnementaux tels que la consommation d’eau, d’énergie ou encore la production de déchets. Par ailleurs, chaque filiale a pour objectif d’améliorer de 15 % son efficacité énergétique.

Le plan a aussi trait à la supply chain puisqu’il impose de déployer les meilleurs standards environnementaux dans 70 % des filières en 2020 et 100 % en 2025. Il vise également à ce que les différentes marques de LVMH soient plus attentives à la traçabilité et à la conformité des matières premières. Un enjeu clé pour Christian Galichon, le directeur des achats de LVMH. « Life 2020 permettra de mieux identifier les niveaux de risque de nos produits. Certaines matières présentent des défis, comme le coton ou encore le cuir de crocodile », illustre-t-il. Et d’ajouter : « Le fait d’être plus performants sur ces points nous permettra de maîtriser plus fortement les risques sur la supply chain ».


(Lire la suite de cet article dans La Lettre des Achats n°271)

Publié le 16/04/2018 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°274 - Septembre 2018

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play