Publicité

E-achat Evénement RSE

Actualité

Publié le 09/05/2017 - Par la rédaction

Ecovadis Sustain 2017 : les achats responsables à l’échelle multinationale

Les fondateurs du spécialiste de l’évaluation RSE des bases fournisseurs Ecovadis ont marqué le dixième anniversaire de la société en réunissant leurs clients à Paris, le 9 mai. L’occasion de comprendre l’ampleur prise par les politiques achats durables quand elles sont appliquées par des groupes comme Unilever, Coca Cola ou PSA.

« Notre empreinte mondiale est très large » constate Marcela Manubens, directrice de l’impact social chez Unilever (53,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires), premier des clients d’Ecovadis à prendre la parole à la Maison de la mutualité, à Paris pour Sustain 2017. Avec 18 000 fournisseurs autour du monde et des produits vendus dans 190 pays, l’impact des décisions d’achats du groupe peut en effet s’avérer très fort.

C’est aussi le cas de ces initiatives en matière d’achats durables : à l’horizon 2030, le groupe ambitionne de réduire son impact environnemental de moitié, notamment en agissant sur les consommations d’eau et sur la gestion des déchets. Les Achats vont également contribuer à l’engagement de durabilité du groupe en participant à l’amélioration des conditions de vie de millions de personnes en suivant trois axes : respect des droits de l'homme au travail (67 % des achats sont aujourd’hui effectués auprès de fournisseurs en phase avec les exigences de la charte achats responsable du groupe), opportunité pour les femmes et business solidaire. Sur ce dernier axe on trouve des actions locales d’amélioration du niveau de vie des petites communautés agricoles (650 000 fermiers aidés en 2016), d’amélioration du revenu des commerçants de détail (1,5 million de commerçants aidés en 2016), ou encore l’accroissement de la participation des jeunes entrepreneurs dans la chaîne de valeur.

 

Cibler des sujets impactant

Très en phase avec elle, le senior vice-président Supply Chain de Coca Cola Europe, Ron Lewis a commencé par rappeler qu’alors qu’Ecovadis était porté sur les fonts baptismaux par ses deux fondateurs, Pierre-François Thaler et Frédéric Trinel (en 2007), le groupe Coca Cola n’en était qu’au tout début du chemin, établissant son premier rapport de développement durable. Tout comme son homologue d’Unilever le poids de l’image de marque apparaît comme un déterminant essentiel dans la démarche RSE achats de Coca Cola. « Il faut définir les sujets sur lesquels on collabore et ceux sur lesquels on est leader, en analysant bien en quoi nous impactons le monde. Ce que nous vendons est composé à 90 % d'eau. D’où notre objectif de renouveler 100 % de l'eau que nous utilisons. C'est un sujet sur lequel nous voulons être leader », explique Ron Lewis. Un objectif lancé en 2015 par le groupe qui mène par exemple pour cela des actions pour préserver l'environnement dans les zones ou il puise son eau.

Pour le directeur supply chain, endosser des objectifs RSE est également une manière d’améliorer l’image de marque des achats en interne. « D'un point de vue Achats, nous sommes toujours en train de parler de délivrer de la valeur. Ce que les gens comprennent le plus souvent par réduire les coûts. C'est une opportunité de donner une vision différente de notre mission », rappelle-t-il.

 

Un outil de pilotage de la relation fournisseurs

Transposée dans l’industrie automobile, la question de l’image de marque semble bien secondaire quand il s’agit de politique achats durables. Comme l’a expliqué, Gilles Testu, directeur stratégie, processus et systèmes, relations et risques fournisseurs, les évaluations RSE d’Ecovadis sont en réalité une brique structurant la politique de pilotage des relations fournisseurs. Le groupe PSA comptait 22 milliards d'euros d'achats en 2016 soit 41 % du chiffre d’affaires, dont 16,7 milliards d'euros d’achats directs de pièces et matières premières et plus de 7 000 fournisseurs. La segmentation de ces fournisseurs est à présent très précise avec 17 fournisseurs stratégiques, 52 fournisseurs cœur, l'ensemble étant considéré comme les fournisseurs clefs du groupe. On y trouve deux catégories de fournisseurs sur les quatre qui composent le panel du groupe, les fournisseurs « incontournables » et « collaboratifs ». Les deux autres classifications possibles sont celles des fournisseurs « compétitifs » et des fournisseurs « dépendants ».

Les fournisseurs stratégiques et les fournisseurs cœur bénéficient respectivement de Corporate Business Review (deux fois par an) et d’Executive Business Review (une fois par an) au cours desquelles PSA échange avec eux sur leur vision du marché et de ses évolutions et sur leurs défis communs. « C’est aussi dans ces rencontres que nous fixons leurs objectifs en termes de RSE », précise Gilles Testu.

A chaque catégorie correspondent des objectifs spécifiques. Les 17 fournisseurs stratégiques du constructeur automobile s’engagent à obtenir un score minimum de 50/100 à l’évaluation Ecovadis et au chapitre management des sous-traitants de cette évaluation. Pour les fournisseurs qui ne sont pas dans les catégories clefs, cette note doit être au minimum de 45/100. En plus de se conformer aux exigences réglementaires REACH et Conflict Minerals, tous doivent avoir mis en place un système de contrôle de leurs sous-traitants dans quatre domaines : social, environnemental, éthique et sous-traitance de manutention.

 

La suite de cet article dans La Lettre des Achats n°261

Publié le 09/05/2017 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°262 - Juillet - Août 2017

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play