Publicité

E-achat

Actualité

Publié le 22/11/2017 - Par la rédaction

Determine : déjà les premières annonces

Moins de deux mois après l’arrivée du nouveau CMO, Gérard Dahan, l’éditeur fait ses premières annonces. Expédiée la communication sur les chiffres… L’accent est plutôt mis sur les prises de commande au cours de la même période, qualifiées de record, et sur l’agenda des prochaines semaines. Plutôt dense. La réorganisation a débuté.

Alors, ces chiffres ? Côté au Nasdaq, Determine est tenu de les communiquer : au 2e trimestre (juillet-août-septembre) de l’année fiscale en cours, le chiffre d’affaires réalisé s’est élevé à 6,9 millions de dollars contre 7 millions de dollars au 1er trimestre (en baisse de 1,4%) mais avec 6,8 millions au 2e trimestre de l’année précédente, c’est une hausse de 4,6%. Mieux : la marge brute cette année est de 49,8% contre 47,7% un an plus tôt. De même, la perte nette pour la période s’est également réduite : 2,7 millions contre 3,2 millions. Mais avec un million de dollars de prise de commande, l’éditeur aurait réalisé le meilleur trimestre de toute sa (jeune) histoire (2015, année de la création de la marque). Objectif avoué : une progression de 10% du chiffre d’affaires entre 2017 et 2018.

Des arguments connus

A l’annonce d’une signature d’un nouveau client pour sa solution Procure-to-Pay (Bethpage Federal Credit Union, 1e coopérative de crédit du nord-est des États-Unis et de l’État de New York, 16e du pays, 342 000 membres, 7,9 milliards de dollars d’actifs), les équipes veulent communiquer sur leur optimisme. Avec quelques arguments déjà connus : Une plateforme réécrite, moderne, basée sur un BPM (Business Pocess Management) qui permet de déployer plus rapidement des processus métier, de nouveaux clients (et pas seulement la migration de ceux venus des Selectica, Iasta et B-Pack fusionnés dans Determine), etc. Et puis surtout ces annonces. Multiples. Déjà, au niveau du conseil d’administration, l’arrivée de deux personnalités reconnues : Steve Sovik, un ancien de Coupa également passé par Oracle et Siebel Systemes et Bill Angeloni, un ancien de Freemarket (une des pionniers aujourd’hui disparu du marché de l’a-achat), fondateur également d’entreprises dans le domaine des SI Achats et du conseil. Ensuite, cette vague de recrutements entamée dans les fonctions marketing et ventes. Aux US bien sûr mais aussi en Angleterre, en Europe du nord et en France. Avec une organisation – ce serait nouveau - par secteurs d’activité. Même si l’éditeur dispose d’un portefeuille clients dans la plupart des secteurs d’activité (grande distribution, banque, santé, transports, etc.), il dit aussi vouloir développer sa stratégie produit dans trois domaines en particulier : distribution, santé et finance. Une approche verticale, modélisée, d’autant plus facilitée qu’elle s’appuiera sur son BPM. Amusant et instructif : l’éditeur s’est livré à une analyse des mutations annoncées de sa base clients par origine géographique. Aux US, l’approche contrats (Selectica) était majoritaire et s’oriente désormais vers le SRM et le P to P, côté UK, les outils étaient plutôt sourcing, un peu contrats et tendent à devenir sourcing-contrats et jusqu’au PtoP. En France enfin, le PtoP dominait avec un peu de contrat pour aller vers davantage de SRM et de sourcing. Au fond, d’un continent à l’autre, l’approche full suite devrait s’imposer…

Réplique

Autre nouveauté annoncée : une recherche de partenaires (cabinets de conseils, experts) pour se diffuser dans les segments visés. Plus près de nous en Europe, et notamment en France, de nouveaux noms devraient apparaître aux côtés des conseils et/ou intégrateurs déjà connus : Axys consultants, Altaris, Numen et Xoomwork. Restons à Paris : c’est le 5 décembre prochain que Determine réunira un groupe d’une trentaine de directeurs achats, clients et autres invités d’un soir. Au menu : des échanges sur l’outil et plus largement sur la digitalisation des entreprises. Et la préparation d'une enquête internationale à venir en 2018 sur achats et contribution au business. A préciser… De quoi esquisser de futurs développements et surtout faire passer un message essentiel : si la course aux fonctionnalités n’est pas prête de s’achever entre éditeurs, la philosophie de Determine, c’est de proposer une plateforme cloud la plus standard et modulable possible. En clair : pour limiter la tentation de développements spécifiques qui compliquent toujours les montées en version des suites. Sans parler des surcoûts. A part ça, approches verticales, par processus métier, recours à des consultants externes, club d’utilisateurs, enquêtes en ligne, cela ne vous rappelle rien ? Deuxième indice : pourquoi changer une recette déjà éprouvée sous d’autres cieux ? Réponse ? A suivre…

Publié le 22/11/2017 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°266 - Décembre 2017

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play