Publicité

Par la rédaction

Des directeurs achats qui sortent du cadre

Ne pas avoir un parcours achats n’interdit pas d’être un bon directeur achats, en particulier dans un grand groupe où les compétences à mobiliser sortent du strict cadre de l’expertise des techniques et process achats. Ces profils qui représentent un petit tiers des cinquante premières entreprises françaises (en termes de montants achats) semblent même de plus en plus appréciés quand ils présentent certaines caractéristiques. Pour pouvoir construire des stratégies achats au service du développement du groupe, ils doivent être de fins connaisseurs de ses rouages et être connus et reconnus par les autres cadres dirigeants. De cette longue expérience maison, ils rapportent une expertise le plus souvent opérationnelle, financière ou technique susceptible d’infléchir ou d’affirmer les priorités des achats dans un sens particulier. Enfin, pour piloter des organisations matricielles, multipays et aux profils et niveaux de compétences variés, ils doivent avoir fait leur preuve en tant que managers. Être étranger peut s’avérer un atout, voire un must pour un groupe désireux d’affirmer des ambitions « worldwide ». Ces directeurs achats qui choisissent de s’expatrier en France sont en général de grands voyageurs capables de jongler habilement avec les codes de différentes cultures et d’unifier des équipes internationalisées autour d’une même stratégie. Ils apportent aussi parfois d’autres manières de pratiquer les achats et d’envisager les relations fournisseurs et séduisent des recruteurs qui cherchent un « background », plutôt qu’un diplôme de master achats.

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°271 - Mai 2018

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play