Publicité

Etude

Actualité

Publié le 04/02/2013 - Par la rédaction

Délais de paiement : 11 milliards d’euros de trésorerie en suspens

L’Observatoire des délais de paiement, mis en place depuis la loi de modernisation de l’économie, tire la sonnette d’alarme dans son rapport sur l’année 2012 : l’effet vertueux de la loi s’estompe et les délais recommencent à se dégrader.

Selon les calculs de la Banque de France, qui s’appuie sur les chiffres de l’année 2011, sans les retards de paiement, le montant de trésorerie disponible pour l’économie nationale aurait été de 11 milliards d’euros. Or, en 2012, la situation a recommencé à se détériorer. La tendance pour l’année est fournie par l’Association française des crédits managers et conseils (AFDCC), qui note 56 % des entreprises, et qui ont vu les délais de paiement s’allonger. Pour 28 % des entreprises, ils ont doublé. D’autres sources sont citées, telles qu’Altares, Altradius, ainsi que la CGPME, qui toutes rapportent une dégradation plus ou moins importante de la situation.

La critique émise par l’Observatoire des délais de paiement porte moins sur l’Etat, dont l’implémentation du progiciel Chorus commence à porter ses fruits, que sur les donneurs d’ordres du privé, dont certaines pratiques dilatoires sont dénoncées. En se fondant sur les témoignages de PME remontés par l’intermédiaire de la FIM (Fédération des industries mécaniques) et de la FNTP (Fédération nationale des travaux publics), l’Observatoire des délais de paiement dénonce ainsi la création d’obstacles administratifs ou techniques imprévus par le client. Il est notamment question d’une étape d’« accord pour la mise en production » imposée à la dernière minute par le client, ou encore de « feuilles d’autorisation de paiement » à faire valider par un responsable très peu disponible, qui bloque soudainement le processus de paiement. Sont également citées un usage abusif des contestations et rectifications de facture, ou encore l’obligation faite au fournisseur d’adresser ses factures à une centrale de paiement située à l’étranger. Certains clients proposent même des paiements anticipés assortis de taux d’escompte élevés pour régler la facture en 10 ; 20, voire… 30 jours, soit le délai légal.

Publié le 04/02/2013 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°273 - Juillet - Août 2018

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play