Publicité
La Lettre des Achats - Mars 2017 N°258
Mars 2017

Management

Dossier

Achats Indirects : le nouveau ticket gagnant

Vers une normalisation des achats indirects

Nouveaux acteurs : s’adapter sans tout réinventer

Témoignages

Marion Keller - Directrice achats produits et services opérationnels groupe - Volvo Group
« Nous essayons de tirer le plus intéressant des deux »

Nativité Navaro-Lacombe - Directrice des achats groupe - RCI Banque et Services
« Des méthodes réactives et souples »

Par la rédaction

Achats Indirects : le nouveau ticket gagnant

Les services achats indirects ont parfois été constitués tardivement dans l’industrie et il a pu leur arriver d’être considérés comme des entités détachées des acheteurs « de production », jugés plus près du cœur de métier. Mais quel sens à cette frontière à l’heure où le regard des Achats sur tous les compartiments des projets est de plus en plus sollicité, à l’heure où produits et services sont de plus en plus imbriqués ? Tous les acheteurs travaillent pour le même objectif : soutenir le développement de leur entreprise. Convaincu du caractère artificiel de cette distinction, plusieurs directeurs achats ont structuré leur organisation et managent leurs équipes sans en tenir compte, en s’efforçant par exemple de favoriser les mobilités d’une commodité à l’autre. Complémentaires, les compétences des acheteurs des catégories entrant dans la production ou demeurant à sa périphérie n’en sont pas moins différentes. Ainsi, bien acheter des indirects dont la visibilité est aussi grande que le nombre des utilisateurs, demande des qualités de communication qui peuvent être utiles à tous les compartiments des Achats. De nouveaux acteurs des achats indirects – plates-formes d’intermédiation, travailleurs indépendants, start-upers, acteurs de l’économie collaborative… – frappent à la porte des entreprises et imposent eux-aussi de modifier l’approche des Achats. Cela concerne pour l’instant particulièrement les achats informatiques, communication et marketing, mais plus que de nouveaux services (ou produits), il s’agit de nouvelles manières de travailler. Et en la matière, c’est notamment chez des spécialistes des achats indirects comme la banque et l’assurance que ces questions résonnent le plus.

Au sommaire de ce dossier :

Témoignages

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°258 - Mars 2017

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play