Publicité

Par la rédaction

Achats et Startups : grands groupes et startups accordent leurs violons

Travailler avec des startups a beau être devenu le dernier talisman à la mode pour les grands groupes redoutant l’immobilisme, cela n’a rien de naturel pour leurs directions achats. Un tel projet exige de revoir certains réglages au niveau de stratégies achats trop longtemps focalisées sur le triptyque massification, standardisation et low cost. D’où une profusion d’initiatives qui fleurissent depuis une poignée d’années pour redresser le cap, à commencer par la création au sein de plusieurs directions achats, d’équipes dédiées aux relations avec les jeunes entreprises et PME innovantes. C’est loin d’être suffisant, mais c’est au moins le signe d’une prise en compte de la spécificité de ce type de fournisseurs. Des entreprises qui fonctionnent différemment, au point que certaines directions achats suivent des formations « agiles » pour mieux épouser leurs manières de (co)-construire des projets. Toutes en tout cas doivent au moins adapter le cadre contractuel et juridique de leur collaboration. D’autres s’appliquent aussi à coordonner leur action avec les cellules de détection, d’incubation, voire d’investissement mises sur pied par leur groupe. Mais malheureusement pas toutes. Beaucoup demeurant à l’écart de l’activité de ces cellules, signe que l’on n’attend finalement pas trop des Achats sur la relation aux startups et que leurs objectifs n’ont peut-être pas connu l’aggiornamento nécessaire.

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°264 - Octobre 2017

Les indicateurs

Les indicateurs Commoprices

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play