Publicité

Publié le 23/01/2014 - Par la rédaction

Les chroniques de l’ADRA : achats secteur privé, achats secteur public, quelles différences ?

Dans leur dernier Jeudi, le 13 février dernier, les directeurs achats membres de l’ADRA ont comparé les achats du secteur privé à ceux du secteur public. Pour accompagner leurs échanges, deux cabinets de conseil : PWC et Buy0.

Le débat a été très riche. En effet, certains membres de l’ADRA achètent pour l’Etat ou pour des organismes publics en ayant eu ou pas une première partie de carrière dans le secteur privé. D’autres, à l’inverse, n’ont connu que le secteur privé. En complément, deux cabinets de conseil, ayant une forte expérience des achats dans les deux secteurs public et privé les ont accompagnés dans la réflexion : PWC représenté par Isabelle Carradine-Pinto et Buy’O représenté par Marc Debets

Après avoir rappelé les enjeux économiques de l’achat public et son cadre règlementaire, trois thèmes sont ressortis :

La valeur ajoutée des achats :
Historiquement, les achats publics étaient limités à veiller à la conformité des marchés. Cette situation a rejoint celle du secteur privé avec de la recherche de performance économique, de territorialité (travail avec le tissu économique local), de RSE et d’innovation, notamment dans les nouvelles directives

La place des achats dans le processus global d’approvisionnement :
  • Les acheteurs des deux secteurs ont une grande latitude en amont de l’acte d’achat. Pour tout ce qui concerne la prescription, les stratégies d’achats, les modèles de coût, le travail est le même : faire émerger une expression claire du besoin en relation avec l’offre du marché fournisseur.
  • Ensuite, les acheteurs du secteur publics sont plus contraints et doivent, dans un cadre règlementaire qui leur est opposable, veiller à ce que les processus d’appel d’offre soient irréprochables pour éviter des recours, encore trop nombreux.
  • Dans le secteur public, ce temps est souvent passé au détriment du pilotage de l’exécution.
Les compétences et les ressources humaines :
De façon générale, un déficit d’attractivité de la fonction achat reste à déplorer. Néanmoins, les participants s’accordent pour souligner le besoin impératif pour le secteur public de faire gagner ses ressources en maturité. Ce challenge est à réussir dans un contexte difficile de processus achats malgré tout encore rigides et d’effectifs tendus.

Plusieurs leviers peuvent être utilisés :
  • La formation. L’acheteur classique a encore un profil très juridique qu’il doit compléter par des compétences à la fois ‘’hard’’ pour maitriser le processus achat et ‘’soft’’ pour travailler plus en collaboration avec les prescripteurs. La formation des prescripteurs eux-mêmes est certainement à envisager également.
  • L’expression d’un sens plus affirmé de l’acte d’achat vers l’efficacité plutôt que la conformité
  • Une mixité plus grande de profils ‘’privés’’ / ‘’publics’’, chacun apportant à l’autre ses qualités et savoir-faire.
  • Une spécialisation plus poussée par métier achats pour renforcer les aspects amont et aval de l’acte d’achat.

En conclusion, trois remarques ont été formulées :
  • Le secteur public recouvre plusieurs réalités. Si l’Etat et la fonction publique hospitalière ont déjà bien amorcé un processus de progrès, il n’en est pas toujours de même pour la fonction publique territoriale. Dans le secteur privé également, tous les secteurs ne sont pas au même niveau de maturité et il subsiste des différences notables entre l’automobile et certains secteurs de services.
  • Dans les marchés publics, le passage par les achats est obligatoire. Beaucoup d’acheteurs d’entreprises privées rêveraient que cela soit le cas pour eux !
  • Tous les membres ont tenu à rappeler ce point de base : malgré les différences perçues,  il n’y a pas deux communautés achats. Les acheteurs du secteur public et du secteur privé font partie d’une même communauté. C’est le même métier.

Une chronique proposée et rédigée par l’ADRA

Publié le 23/01/2014 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur et tout visiteur pourra signaler un contenu de nature à présenter un caractère illicite à l’adresse suivante : contact@lettredesachats.fr

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°288 - Décembre 2019

Le catalogue

Le catalogue Silex

Nos partenaires

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play