Publicité

Actualité

Publié le 21/02/2012 - Par la rédaction

Livre : l’Europe n’a pas perdu la bataille des terres rares

Directeur de la supply chain et de l’intelligence économique d’une société de biotechnologie lyonnaise, David Weber vient de publier un ouvrage qui propose des pistes pour répondre à l’hégémonie chinoise sur le front des terres rares.

La Chine contrôle à l’heure actuelle 97 % du marché des terres rares et n’hésite pas à s’en servir comme d’une arme géopolitique en imposant des quotas d’importation, voire en décrétant un embargo comme elle l’a fait lors d’un conflit territorial avec le Japon. Si David Weber s’y est intéressé, c’est donc à la fois en tant que directeur des achats, préoccupé par la difficulté d’accès à ces métaux rares dont les prix ne cessent d’augmenter, mais aussi en tant qu’auditeur de l’IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale) passionné par les questions géostratégiques.

Au cours des 120 pages de son livre intitulé Terres rares, avenir industriel et future richesse de l’Europe ?, David Weber s’efforce de proposer des perspectives à moyen-long terme pour affronter ce problème sur un axe européen. « Si l’on additionne les consommations françaises et allemandes en matière de terres rares, le total représente plus de 10 % du marché mondial. Nous disposons également du savoir-faire autrefois français de Rhodia, maintenant belge avec le rachat par Solvay, mais, quoi qu’il en soit, toujours européen. Enfin, la France aurait pour elle les gisements sous-marins de ses possessions outre-mer dans l’océan Pacifique », résume David Weber. En effet, à l’été 2011, le professeur japonais Yasuhiro Kato a révélé la présence de colossales réserves de terres rares dans les boues sédimentaires à l’est de Tahiti. Une manne qui ne se livrera pas à l’Europe sans de forts investissements publics, mais les bénéfices devraient être à la mesure de l’effort, puisque ces métaux sont devenus indispensables au développement des industries de haute technologie, qu’il s’agisse des industries vertes, des télécommunications ou de l’automobile.

Publié le 21/02/2012 - Par la rédaction

Soyez les premiers à régir à cet article

Réagir à cet article

Les réactions sont réservés à nos lecteurs ayant un compte.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°241 - Septembre 2015

Nos partenaires