Publicité
La Lettre des Achats - Février 2012 N°202
Février 2012

Management

Témoignages

Sylviane le Carré - Responsable des achats - Groupe BNP-Paribas
« L’aboutissement d’un important projet piloté de manière collégiale »

Wilfried Boudas - Directeur des achats centraux - RATP
«Un système d’information en temps réel pour les entreprises de nettoyage »

Par la rédaction

Sylviane le Carré - Responsable des achats - Groupe BNP-Paribas

« L’aboutissement d’un important projet piloté de manière collégiale »

Quelle stratégie avez-vous développée pour vous assurez de l’adhésion à vos contrats cadres ?

D’abord, il y a deux types de contrats cadres : le premier est imposé à tous par le marché. C’est le cas, par exemple, de La Poste, ou de certains contrats dans le domaine des données financières. En dehors de ces cas précis, un contrat cadre ne peut être que l’aboutissement d’un important projet piloté de manière collégiale pour refléter les besoins exprimés. Cela ne va pas de soi et nécessite un long travail d’approche alliant opérationnels, spécificateurs et acheteurs pour que le résultat in fine corresponde bien aux besoins.

Comment organisez-vous le pilotage collégial du projet ?

Nous avons un processus intégrant deux chaînes de décision. Le comité de pilotage du projet, qui rassemble clients et acheteurs, prépare le contrat cadre et réalise une première validation. Le processus passe ensuite par la validation des différents patrons des achats du groupe qui se réunissent tous les 15 jours.

Et une fois le contrat signé ?

Nous avons mis en place un pack de déploiement, un document marketing, largement diffusé chez les acheteurs et les opérationnels qui regroupe toutes les informations nécessaires. Il est envoyé par mail et est disponible sur une plate-forme commune à tous les acheteurs. Nous avons aussi un site intranet, mais je fais très attention aux informations publiées sur ce medium. Je préfère avoir un nombre limité d’informations vers les acheteurs. Beaucoup de personnes ont accès à l’Intranet, aussi, mettre à disposition certaines informations tarifaires nécessiterait de gérer des accès différenciés. Et puis, renvoyer aux acheteurs permet de légitimer les directeurs des achats dans les métiers.

Quelles sont les difficultés qui peuvent se poser de part la taille du groupe ?

Il existe peu de catégories de dépenses où vous avez réellement des offres globales à l’échelle de BNP Paribas. Dans le domaine informatique, assez peu de sociétés sont globales et à même d’apporter un service homogène à l’ensemble de nos entités. Il y en a et bien entendu nous en référençons certaines globalement, mais en adoptant nécessairement une approche complémentaire en local : par exemple, le droit du travail fait que vous devez avoir des contrats locaux. Et la réalité est différente d’un marché à l’autre : en Italie, en Belgique, en Turquie… il est nécessaire, également, de prendre en compte des partenaires locaux qui complètent très bien le dispositif des partenaires plus globaux. La réussite d’une démarche achats groupe doit être respectueuse des marchés et des besoins.

En chiffres
Groupe BNP-Paribas
Banque
Chiffre d’affaires 2010 : 43,9 milliards d’euros
Montant des achats : 8,5 milliards d’euros
Effectif total : 235 000 personnes
Effectif achats : 328 personnes

Par la rédaction

Le dernier numéro

Dernier numéro

N°241 - Septembre 2015

Nos partenaires