Publicité

Actualité

Publié le 31/10/2012 - Par la rédaction

Nomination : Bercy confirme deux nouveaux médiateurs

Les deux ministres, Arnaud Montebourg (Redressement productif) et Fleur Pellerin (PME, Innovation et Economie numérique) ont confirmé jeudi 24 octobre avoir proposé, selon l’usage, les nominations de Pierre Pelouzet, médiateur aux Relations interentreprises, et Jean-Lou Blachier, médiateur des Marchés publics.

Jean-Claude Volot, nommé par l’ancien pouvoir, sera resté 30 mois au poste de médiateur. Ayant décidé de « se démettre de ses fonctions », selon ses propos, pour « rejoindre ses usines », dixit le ministre Arnaud Montebourg, son poste ne sera ni supprimé ni resté vacant longtemps, mieux, il sera même dédoublé. Côté marchés privés, c’est Pierre Pelouzet qui reprend ses attributions. Une promotion « normale » pour celui qui œuvrait déjà au sein de la médiation afin de représenter le point de vue des achats. A ce titre, Pierre Pelouzet se présente aussi comme le coauteur de la Charte des bonnes pratiques, promue par son prédécesseur. Pierre Pelouzet quittera ses fonctions de directeur des achats de la SNCF (depuis 6 ans) ainsi que la présidence de la CDAF (depuis 7 ans), la Compagnie des acheteurs de France, principale association de la profession. Le deuxième médiateur proposé, Jean-Lou Blachier, a un parcours d’entrepreneur. Il est d’autre part vice-président de la CGPME dont il dirige aussi l’antenne de la Seine-Saint-Denis. A noter que, comme Pierre Pelouzet, il fait partie de Pacte PME, l’association qui travaille à la promotion des entreprises idoines auprès des grands donneurs d’ordres.

Arnaud Montebourg, en rappelant, selon ses mots, le « travail extraordinaire » de Jean-Claude Volot (36 mauvaises pratiques achats identifiés, 300 signataires de la Charte totalisant 400 milliards d’euros d’achat, 689 dossiers reçus, 583 éligibles, 80 % résolus, etc.), a fixé une feuille de route quasi identique à la médiation, comparée aussi à une « bonne agence de notation » : pérenniser et consolider l’action précédemment engagée, offrir un recours gratuit à toute entreprise s’estimant victime de pratiques abusives et contribuer à créer un « écosystème » vertueux. Autrement dit, continuer de diffuser les bonnes pratiques en matière d’achats, faire en sorte que les relations donneurs d’ordres-fournisseurs soient plus équitables, plus solidaires, consolider les échanges entre petites et grandes entreprises, permettre le développement des PME en ETI (Entreprises de taille intermédiaire).

Côté marchés publics, le médiateur (sur lequel les ministres ont insisté plus particulièrement) aura pour mission de résoudre les principales difficultés identifiées (délais de paiement notamment) mais aussi de promouvoir auprès des entreprises l’attractivité de la commande publique. Et, là aussi, favoriser l’accès des PME à ces marchés (27 % seulement des marchés attribués à ces entreprises alors qu’elles représenteraient 46 % de la valeur ajoutée marchande). Elles renonceraient souvent par crainte de la complexité. Un spécialiste des appels d’offres devrait d’ailleurs venir compléter l’équipe de la médiation.

La passation de pouvoirs et l’entrée en fonction devraient se faire très vite, dès les décrets de nomination signés. Anecdote : si Jean-Claude Volot était bénévole, Pierre Pelouzet s’est résolu, lui, à une rémunération moins importante que celle qu’il touchait à la SNCF. Les grilles du service public sont moins avantageuses, Arnaud Montebourg à tenu à le préciser et à l’en remercier.

Publié le 31/10/2012 - Par la rédaction

Retrouvez la revue en format tablette

Apple store Google Play